Chers paroissiens, chers amis,

Ce 8 novembre est le 32e dimanche de l’année liturgique (A). Depuis le déconfinement en juin dernier, ce 32e dimanche est le premier que nous vivons en cette période du confinement nationale. En cette période qui est loin d’être un repos, je vous porte, tous et en particulier les malades et les personnes isolées, dans mes intentions de prière lors de ma célébration quotidienne de l’Eucharistie.

Ce temps du confinement ne doit pas nous donner l’occasion de vivre dans la passivité et dans l’individualisation. Etant baptisés, chacun de nous est un membre du Corps du Christ qui est l’Eglise (1Co 12, 12-27). Chacun de nous doit être actif et animé par la prière et par la bienveillance envers son prochain.

L’évangile de ce 32e dimanche nous parle des filles avisées et des filles irréfléchies. En lisant attentivement la parabole, nous remarquons que les dix filles étaient impatientes pour rencontrer l’époux. Toutes étaient dans l’attente de quelqu’un qui les tient à cœur, et aucune ne voulait manquer le retour de l’époux. Mais voilà que l’époux se tarde et le sommeil vient à bout de leur force et les jeunes filles s’assoupissent et s’endorment toutes. Mais, seulement cinq d’entre elles sont avisées et sages. L’un des points que cette parabole nous apprend, c’est la sagesse. La sagesse de garder la flamme de nos lampes allumées. Cette flamme est notre prière quotidienne. Gardons la flamme de nos prières allumée même si le confinement se fait long et nous paraît par certain côté pénible et sombre. Gardons la flamme de nos prières quotidienne allumée.

Certes, l’assoupissement n’est pas un risque improbable. Il est même humain de tomber en léthargie : les disciples du Christ eux-mêmes, à l’heure de l’agonie au mont des Oliviers, ont succombé au sommeil. Dans notre vie, il y a, en effet, le poids des épreuves, des violences, des injustices de notre temps qui détournerait nos regards de ce qui germe, de ce qui émerge, de ce qui nait. C’est pourquoi, la flamme de la prière risque de s’éteindre si l’on n’y veille pas jour après jour. Face aux difficultés de ce temps, le Seigneur nous dit « Redressez-vous, relevez la tête » (Lc 21, 28).

Veillez donc ! Restons éveillés comme ceux qui sont conscients que cet appel ne vise pas un seul moment particulier de notre vie, mais toute la durée d’une vie et chacun de ses moments ; restons éveillés comme ceux qui veulent vivre jusqu’au bout leurs responsabilités de baptisés là où ils sont engagés ; restons éveillés comme ceux qui ont compris que le chemin de Croix mène aux Pâques du Christ ; restons éveillés comme ceux qui ont compris qu’au bord du tombeau vide, il y a la Résurrection de Notre Seigneur.

Veillons et tenons toujours la flamme de la prière allumée.

……………………………….

En cette semaine, je confie à votre prière :

– Jean-Claude Guillous, dont les obsèques ont été célébrées jeudi dernier à Crac’h.

– Alexis Tourrette (la messe de demain lundi 9 nov sera célébrée à son intention).

– Francine Meriaux, 80 ans, dont les obsèques seront célébrées à 15h00, mardi 10 à Crac’h.

– Les morts pour la France (la messe commémorative sera célébrée le mercredi 11 nov).

……………………………..

Bonne semaine à tous,

Père Stéphane Hundo.