• Des protocoles sont actuellement en préparation pour une reprise des messes à partir du 1er décembre si la situation sanitaire le permet, selon la Conférence des Evêques de France.

« La CEF a déjà présenté au Ministre de l’Intérieur un protocole sanitaire détaillé en vue notamment de la reprise des messes en public dans les meilleures conditions de sécurité. Seront également présentées les conditions de reprise d’autres activités pastorales en « présentiel » (catéchisme, aumônerie, Conseils…). »

  • « Le Conseil d’État souligne la possibilité pour toute personne de se rendre dans une église de son choix sans limitation de distance -en tous cas, raisonnable- et sans le critère d’un kilomètre. Car dans le monde rural, beaucoup de personnes se trouvent à plus d’1 kilomètre de leur église paroissiale.

Aller à l’église au moins pour la prière, pour l’adoration, pour rencontrer le prêtre, se confesser, etc. : le Conseil d’État a souligné que chacun pouvait faire cela, et qu’il suffit de cocher pour le moment la case “motif familial impérieux. Le juge a demandé aux pouvoirs publics d’insérer dans le prochain justificatif de déplacement un “motif cultuel, selon les déclarations de Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la conférence des évêques de France. vaticannews

Concernant le culte

  • Depuis le 3 novembre, toutes les messes publiques sont suspendues jusqu’au 1er décembre.
     Si elles sont bien célébrées par des prêtres en privé, les fidèles ne peuvent pas y assister physiquement.
  • Chaque jour, depuis mardi 3 novembre, la messe célébrée par Mgr Raymond Centène est diffusée sur les ondes de RCF Sud Bretagne.
  • Chaque dimanche, la messe est aussi diffusée en direct sur le site du diocèse www.vannes.catholique.fr. Elle reste disponible ensuite pour visionnage. La feuille de messe célébrée par notre évêque, Mgr Centène: ici
  • Des messes sont également diffusées sur France 2, KTO ou des chaines youtube, sur internet.
  • Les lieux de cultes restent ouverts au public mais les grands rassemblements y sont interdits depuis le 3 novembre. Les fidèles peuvent ainsi venir se recueillir dans les églises pour effectuer des prières personnelles ou déposer des cierges.
  • Les mariages à l’église demeurent cependant autorisés mais sont limités à 6 personnes maximum.
  • Obsèques: 30 personnes sont autorisées à accompagner un défunt dans sa dernière demeure.
  • Les confessions et les sacrements des malades peuvent être célébrés dans les mêmes conditions que lors du premier confinement en respectant les gestes barrières.

Si les confessions ne sont pas prévues dans votre paroisse, rappelez-vous ce que le pape François avait déclaré, lors de son homélie du 20 mars dernier : « Si tu ne trouves pas un prêtre pour te confesser, parle à Dieu, Il est ton Père, et dis-lui la vérité : « Seigneur, j’ai fait ceci, cela, cela … Pardonne-moi », et demande-Lui pardon de tout ton cœur, avec l’Acte de contrition et promets-Lui : « Je me confesserai plus tard, mais pardonne-moi maintenant ». Et immédiatement, vous reviendrez à la grâce de Dieu. Vous pouvez vous-même approcher, comme le Catéchisme nous l’enseigne, le Pardon de Dieu sans avoir un prêtre à portée de main.

  • Les baptêmes en cas de nécessité peuvent toujours être célébrés au domicile ou à l’hôpital.
  • Par ailleurs, au-delà des cérémonies, la vie spirituelle est soutenue, sous toutes les formes possibles.  Notamment, les familles sont invitées à vivre des temps de prière, en lien avec le temps liturgique.

Concernant la catéchèse :

Du fait de l’interdiction des activités extra-scolaires, la catéchèse ne peut pas être proposée en présentiel. Cependant, une concertation avec l’enseignement catholique est en cours pour que la préparation aux sacrements puisse entrer dans les activités périscolaires aussi longtemps que les écoles seront ouvertes.

Concernant le service de la charité et la présence auprès des personnes les plus fragiles :  

La crise économique qui a accompagné la crise sanitaire va accroître la précarité, tandis que le confinement provoque l’isolement de beaucoup : sur ces deux fronts, l’engagement et le témoignage de l’Église seront portés ; les prêtres entourés des paroissiens développeront une pastorale d’accueil, d’écoute et surtout de charité auprès des personnes isolées ou en détresse.

Le lien social, sous toutes les formes possibles, est à préserver : visite aux malades avec les précautions nécessaires, appels téléphoniques, aide aux courses des personnes en situation de nécessité, permanence dans les églises pour une écoute et un accompagnement spirituel, organisation de maraudes en ville, etc…

Face à tous les dangers qui nous entourent, nous voulons rappeler ce que dit le Pape François dans Fratelli Tutti, sa récente encyclique « Tous frères » :

« Nous, croyants, nous devons tous le reconnaître : l’amour passe en premier ;

ce qui ne doit jamais être mis en danger, c’est l’amour ; le plus grand danger c’est de ne pas aimer. »

 

  • Toutes les propositions du diocèse conjuguées sous différentes formules:

fraternité, prière, contacts, formation, catéchèse, dons, initiatives, lien avec notre évêque… cliquez sur le logo!